Il est temps d’arrêter de s’inquiéter et de simplement faire confiance

par Sikhu Daco

Lorsque mon premier enfant est né, j’ai lu tout ce qui se dit sur ce qui pouvait mal se passer dans les premiers mois de sa vie. Après tout, ne dit-on pas : « Un homme averti en vaut deux » ? C’était un bébé à terme et en bonne santé, avec dix doigts, dix orteils et un excellent score d’Apgar (évaluation de la vitalité d’un nouveau-né). Pourtant, alors que je regardais son visage innocent, j’ai été soudainement frappé par une conscience inébranlable de la fragilité de la vie.

Au fur et à mesure que ma lecture vorace progressait, j’ai été initiée au SMSN (Syndrome de Mort Subite du Nourrisson). Je me suis perdu sur le web, allant d’un site à l’autre. Chaque article que j’ai lu, chaque histoire personnelle de la perte d’un bébé à cause du SMSN n’a fait qu’accroître mon anxiété quant à mon incapacité à protéger mon petit. Un moment, je lisais un article conseillant de ne rien placer dans le berceau du bébé – ni une couverture ni un animal en peluche – parce que chaque article peut conduire au SMSN : l’instant suivant, je tomberais sur le témoignage d’une mère qui avait suivi tous les conseils pour se prémunir du SMSN mais qui avait pourtant retrouvé un matin son enfant allongé sans vie dans son berceau.

Et si c’était mon bébé ? Que pouvais-je faire différemment pour m’assurer que ma famille ne connaisse jamais un tel sort ? Le sommeil était fatigant, car je me réveillais à chaque mouvement, à chaque roucoulement, à chaque changement de respiration de mon bébé. En tant qu’épouse aimante qui souscrit à la devise « partager, c’est prendre soin », j’ai partagé mes angoisses avec mon mari, et la première nuit que notre fils a dormi plus de six heures, mon mari l’a réveillé juste pour s’assurer qu’il respirait toujours. Vous imaginez le tableau : nous étions une misérable boule d’anxiété !

Plus je pensais à mon impuissance à protéger mon enfant contre le SMSN, plus il devenait évident que mes efforts pour assurer la sécurité, la protection et le bien-être de mon enfant étaient faibles. En fait, je ne pouvais pas garantir mon propre bien-être, encore moins celui d’un bébé sans défense !

Accablé par ce sentiment de fragilité, je me tournai vers ma mère, qui me tourna vers Jésus. Comme l’a-t-elle fait ? Comment pouvez-vous vous reposer à nouveau alors qu’il y a tant de risques auxquels protéger votre enfant ?

La réponse était simple : confiance en Jésus.

« Chaque fois que tu endors ton enfant, remets-le entre les mains du Dieu qui ne sommeille ni ne dort », m’a-t-elle conseillé. « Emmène-le au Seigneur dans la prière et dépose-le. »

Mon inquiétude au sujet du SMSN n’a pas apporté plus sécurité à mon fils chaque nuit. Cela m’a donné un faux sentiment de « faire quelque chose » à propos de ma préoccupation, car j’y consacrais beaucoup d’énergie. Mais en réalité, mon inquiétude n’a rien fait pour l’aider à respirer toute la nuit.

Alors Jésus a demandé : « Qui de vous, par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à la durée de sa vie ? » (Matthieu 6:27). Votre inquiétude ne résout pas le problème, elle n’améliore pas la situation. Bien au contraire. Plutôt que de contribuer à quelque chose de précieux dans les circonstances, cela obscurcit votre jugement, diminue votre discernement et vous rend moins capable de gérer la situation stressante, quelle qu’elle soit.

Vous êtes inquiet pour vos finances. Vous vous inquiétez de votre éducation. Vous vous inquiétez pour vos enfants. Vous vous inquiétez pour votre mariage. Vous vous inquiétez pour votre santé. Vous vous inquiétez de l’état du monde et des effets à long terme de cette pandémie de la COVID-19. Vous êtes inquiet pour l’avenir. Vous avez trop peur de vous inquiéter. Ça ne s’arrête jamais!

Voici ce que dit Ellen White :

« Lorsque nous prenons en main la direction de nos affaires personnelles, comptant sur notre propre sagesse pour réussir, et cherchons à les porter sans son aide, nous nous chargeons d’un fardeau que Dieu ne nous destinait pas. Nous nous mettons ainsi à sa place et endossons la responsabilité qui lui incombe. C’est alors que nous pouvons nous inquiéter sérieusement et appréhender ennuis et pertes, car ils viendront certainement. Mais si nous croyons vraiment que Dieu nous aime et qu’il désire notre bien, nous cesserons de nous agiter au sujet de l’avenir. Nous nous abandonnerons à lui comme un enfant s’abandonne à son père qui l’aime. Nos soucis et nos tourments s’évanouiront alors, car nos désirs devenus conformes à la volonté de Dieu se confondront avec elle.” — Pour un bon équilibre mental et spirituel 2, p. 483

Dans un monde pêcheur, nous pouvons être sûrs que des situations difficiles surgiront. La sagesse du monde dit que la meilleure façon de se préparer à toute calamité est de nous éduquer autant que possible – la personne avertie est prévenue. Mais quand il s’agit de produire la paix au milieu de la tempête, la connaissance est inefficace. La seule chose qui soit efficace est de développer une confiance durable dans le Dieu qui détient entre Ses mains le plus petit atome sur les vastes étendues de l’univers. Heureusement, il est toujours aux commandes !

Sikhu Daco est l’assistant éditorial principal d’InVerse – un nouveau programme d’études bibliques pour jeunes adultes développé par le département de l’école du Sabbat  de la CG. Pendant plus d’une décennie, elle a travaillé dans le ministère du campus laïque après avoir obtenu son BA en biochimie et en français. Elle détient également une maîtrise en religion avec une spécialisation en théologie systématique de l’Université Andrews. En tant que panéliste à l’émission de discussion inVerse Bible de Hope Channel, elle arrive à s’engager dans ses deux passions pour l’étude de la Bible et le ministère auprès des jeunes adultes. Sikhu et son mari, Archie, ont trois garçons, âgés de 4, 2 et 9 mois.

QUESTIONS À MÉDITER : Avez-vous lutté avec la foi en temps de crise ? Avez-vous eu du mal à apprendre à faire confiance lorsque toutes les circonstances et tous les sentiments semblent indiquer qu’il n’y a pas de bonne solution pour vous ? Pourquoi ne pas demander à Dieu de vous donner plus de confiance et une foi plus forte en Ses promesses ?

DÉFI À RELEVER : Inquiétude, anxiété, stress, ce sont des réactions naturelles face à des situations difficiles et incontrôlables. Pensez à votre vie et à votre famille. Quelles sont les choses qui vous inquiètent pour eux ? Quels sont les scénarios qui vous font peur ?

Maintenant, ouvrez votre Bible et essayez de trouver des textes et des histoires qui vous promettent la paix et la force de Dieu. Lisez-les, écrivez-les, mémorisez-les et ayez foi. Y a-t-il vraiment quelque chose que notre Dieu ne peut pas gérer ?

Pour aller plus loin – Suggestions de lectures complémentaires pour cette semaine :

Silence apaise-toi”, (Jésus-Christ, ch. 35) Ellen G. White