30 septembre 2020 – Retrouver ce qui était perdu.

Lorsqu’Adam et Ève ont choisi de suivre le message du serpent, ils ont dû faire face, entre autres conséquences, au bannissement de la classe de Dieu. Pensez à ce qu’Adam et Ève ont perdu à cause de leur péché. Lorsque nous comprenons leur chute, nous pouvons mieux comprendre le but de l’éducation pour nous à l’époque actuelle. En dépit de leur bannissement, la vie dans un monde imparfait a ouvert la voie à un nouveau but pour l’éducation.

Si l’éducation avant la chute était le moyen pour Dieu de familiariser Adam et Ève avec Lui, Son caractère, Sa bonté et Son amour, alors après leur bannissement, le travail de l’éducation doit être d’aider à familiariser à nouveau l’humanité avec ces choses, ainsi que de recréer l’image de Dieu en nous. Malgré leur éloignement physique de la présence de Dieu, les enfants de Dieu peuvent encore apprendre à Le connaitre, à faire l’expérience de Sa bonté et de Son amour. Par la prière, le ser- vice et l’étude de Sa Parole, nous pouvons nous rapprocher de notre Dieu comme l’ont fait Adam et Ève en Éden.

La bonne nouvelle, c’est que grâce à Jésus et au plan de la rédemption, tout n’est pas perdu. Nous avons l’espoir du salut et de la restauration. Et une grande partie de l’éducation chrétienne devrait orienter les étudiants vers Jésus et ce qu’Il a fait pour nous, et la restauration qu’Il offre.

Lisez 2 Pierre 1:3-11. À la lumière de tout ce qui a été perdu lorsque les êtres humains ont quitté le jardin, ces versets sont un encouragement. Selon ce passage, que devons-nous faire pour chercher à restaurer l’image de Dieu dans nos vies?

Par Jésus, il nous a été donné « tout ce qui contribue à la vie et à la piété » (LSG). Quelle promesse! Quelles sont ces choses? Eh bien, Pierre nous donne une liste: la foi, la vertu, la connaissance, la maitrise de soi, la persévérance, etc. Remarquez aussi que la connaissance est l’une des choses que Pierre mentionne. Cette idée, bien sûr, conduit à la notion d’éducation. La véritable éducation conduira à la véritable connaissance, la connaissance de Christ, et ainsi, non seulement nous deviendrons plus semblables à Lui, mais aussi nous pourrons nous tenir debout pour partager notre connaissance de Lui avec les autres.

Pensez un instant au fait que l’arbre interdit était l’arbre de « la connais- sance du bien et du mal ». Qu’est-ce que cela devrait nous apprendre sur les raisons pour lesquelles toutes les connaissances ne sont pas bonnes? Comment faire la différence entre les bonnes et les mauvaises connaissances?