4 mars 2021 : Une offrande réparatrice et transformatrice (Ésaïe 53.10-12).

Que signifie le fait que la vie du Serviteur est « une offrande pour le péché » (Ésaïe 53:10) ?

Le mot hébreu fait référence à une « offrande de culpabilité ou réparation » (Lev. 5:14-6:7, Lev. 7:1-7), qui pourrait expier les torts délibérés envers d’autres personnes (Lev. 6:2, 3). De tels péchés étaient désignés par Ésaïe (Ésaïe 1-3; Ésaïe 10:1, 2; Ésaïe 58). De plus, le pécheur doit restituer à la personne lésée ce qui lui a été pris, plus une pénalité, avant d’offrir le sacrifice pour recevoir le pardon de Dieu (Lev. 6:4-7; Matt. 5:23, 24). Dans le cas d’un mauvais usage par inadvertance d’une chose qui appartient à Dieu, la réparation Lui revient (Lev. 5:16).

Nous pouvons maintenant comprendre Ésaïe 40:2, où Dieu console Son peuple exilé en lui disant qu’Il a payé une réparation suffisante pour Ses péchés.

Mais après la réparation, il doit y avoir un sacrifice. C’est ce qui est dit dans Ésaïe 53: Le Serviteur de Dieu, au lieu d’un bélier, est conduit comme une brebis à l’abattoir (Ésaïe 53:7) au nom de ceux qui se sont égarés (Ésaïe 53:6).

Bien que « retranché de la terre des vivants » (Ésaïe 53:8, LSG; Dan. 9:26), complètement consumé dans le sacrifice qui allume la flamme de l’espérance pour nous, le Serviteur sort de la mort, le pays du non-retour, pour recevoir l’exaltation, voir Sa « postérité », et prolonger Ses jours (Ésaïe 53:10-12).

Cherchez chacun des versets suivants. Comment chacun reflète-t-il le même message de base qu’Ésaïe 53 ?

Ps. 32:1, 2 Rom. 5:8 Gal. 2:16 Phil. 3:9 Heb. 2:9 1 Pie. 2:24

Si on vous demandait de résumer en un seul paragraphe la bonne nouvelle d’Ésaïe 52:13-53:12, qu’écririez-vous ?