5 mars 2021 : Pour aller plus loin.

Réflexion avancée : « Christ a porté nos péchés dans Son propre corps sur le bois… Que doit être le péché, si aucun être fini ne peut faire l’expiation ? Quelle doit être sa malédiction si Dieu seul pouvait l’évacuer ? La croix de Christ témoigne à chaque homme que la peine du péché est la mort… Oh, doit-il y avoir une puissance envoutante qui détient les sens moraux, les protégeant contre les incitations de l’Esprit de Dieu ? » – (traduit d’Ellen G. White, Our High Calling, p. 44).

« La mort du Fils unique de Dieu a rendu magnifique la loi du gou- vernement divin. Le Christ a porté la coupe des péchés du monde. Notre suffisance n’existe que grâce à l’incarnation et à la mort du Fils de Dieu. Il a pu souffrir, soutenu par sa divinité. Il a pu endurer, exempt qu’il était de toute tache de déloyauté ou de péché. Le Christ a triomphé pour le salut de l’homme en acceptant un juste châtiment. Tout en assurant la vie éternelle aux hommes, il a glorifié la loi. » – Ellen G. White, Messages choisis, vol 1, p. 355.

Discussion :

  1. Ésaïe 53:7-9 descend au fond de l’abime : la mort et l’ensevelissement du Serviteur. Combien d’aspects de ces versets ont été accomplis à la fin de la vie de Jésus ? Matt. 26:57-27:60, Marc 14:53-15:46, Luc 22:54-23:53, Jean 18:12-19:42.
  2. Regardez la dernière citation ci-dessus d’Ellen G. White sur la mort de Christ qui magnifie la loi. Que veut-elle dire ? Comment comprendre Sa mort comme une preuve de la perpétuité de la loi ?

Résumé : Après avoir parlé de la naissance, de l’identité et du parcours du Libérateur de Dieu, Ésaïe révèle enfin la tragédie suprême qui nous donne l’espérance. Atteindre, sauver et guérir les personnes perdues, y compris nous, tel est le dessein du Serviteur de Dieu en portant volontairement nos souffrances et notre châtiment.