4 avril 2021 : Fondamentaux de l’alliance.

Je mets mon alliance entre moi et toi : je te multiplierai à l’extrême (Gn 17.2).

Le terme hébreu traduit par alliance (et qui revient environ 287 fois dans l’Ancien Testament) est berith. On peut également le traduire par testament ou dernières volontés. Son origine n’est pas certaine, mais elle a fini par s’appliquer à ce qui liait deux parties. Cependant, on l’employait pour toutes sortes de « liens » différents, aussi bien entre deux personnes, qu’entre un homme et Dieu. On l’employait couramment quand les deux parties en présence étaient des hommes, et dans un sens religieux, quand l’alliance se faisait entre Dieu et l’homme. L’usage religieux était en réalité une métaphore fondée sur l’usage courant, mais avec une connotation (signification) plus profonde. » J. Arthur Thompson, « Covenant (OT), » The International Standard Bible Encyclopedia, édition révisée (Grand Rapids, MI : William B. Eerdmans Publishing Company, 1979), vol. 1, p. 790.

À l’instar de l’alliance du mariage, l’alliance biblique définit à la fois une relation et un arrangement. En tant qu’arrangement, l’alliance biblique comporte les éléments fondamentaux qui suivent :

1. Dieu a affirmé les promesses de l’alliance par un serment (Ga 3.16 ; He 6.13, 17). 2. L’obligation de l’alliance était d’obéir à la volonté de Dieu telle qu’elle s’exprimait dans les Dix Commandements (Dt 4.13).

3. Le moyen par lequel l’obligation de l’alliance de Dieu s’accomplit en définitive, c’est Christ et le plan du salut (Es 42.1, 6).

Considérez les trois éléments énumérés ci-dessus (les promesses de Dieu, notre obéissance, et le plan du salut). De quelle manière voyez-vous ces facteurs à l’œuvre dans votre marche personnelle avec le Seigneur ? Rédigez un paragraphe décrivant la manière dont ils se manifestent dans votre vie actuelle.

Dans l’Ancien Testament, le système sacrificiel, composé de types, instruisait le peuple concernant tout le plan du salut. À travers ses symboles, les patriarches et Israël apprirent à exercer leur foi dans le Rédempteur à venir. À travers ses rituels, l’individu repentant pouvait trouver le pardon pour son péché et être libéré de la culpabilité. Les bénédictions de l’alliance pouvaient ainsi être maintenues, et la croissance spirituelle (c’est-à-dire la restauration de l’image de Dieu dans la vie de la personne) pouvait ainsi se poursuivre, même quand l’humanité ne respectait pas ses engagements.

Bien qu’il y ait des alliances conclues entre individus, le principal emploi du terme berith dans la Bible hébraïque concerne la relation entre Dieu et l’humanité. Compte tenu de qui est Dieu et de qui nous sommes comparés à lui, quel genre de relation une telle alliance illustrait-elle ?