Débranché : Déconnecter pour reconnecter [Ressources pour aller plus loin…]

écrit par Frank M. Hasel

Nous vivons une époque extraordinaire dans l’histoire de l’humanité.

Nous sommes connectés au monde entier. Nous pouvons facilement communiquer avec nos amis, virtuellement dans le monde entier. Les nouvelles technologies offrent des possibilités inégalées de diffuser l’Évangile et le message adventiste. Elles peuvent nous aider dans notre étude de la Bible, mais elles peuvent aussi nous attirer vers le péché. Aujourd’hui, nous nous sommes habitués à être constamment disponibles, et nous nous attendons à avoir un accès instantané à Internet. Pourtant, le World Wide Web apporte avec lui un étrange paradoxe. À la vitesse à laquelle il nous connecte au monde entier, il semble souvent nous isoler des relations réelles qui existent au coin de la rue. L’accent est mis sur une réalité virtuelle et sur moi !

Nous n’avons plus besoin de demander notre chemin, car nous avons une application qui nous guide. Nous n’avons plus besoin de débattre de diverses opinions avec nos collègues et amis, car nous pouvons chercher la réponse nous-mêmes sur Google. Avec notre smartphone et l’internet, nous sommes autonomes, semble-t-il. Nous pouvons parcourir le monde entier et avoir accès à des informations infinies.

Pourtant, nos âmes sont étrangement captives de nos appareils “intelligents”. Nous nous retrouvons rapidement esclaves d’une nouvelle dépendance. Il est de plus en plus difficile de s’asseoir, d’attendre et de se concentrer sur une seule chose. Pour nous, l’attente est devenue une perte de temps.

Les données aux États-Unis

L’Américain moyen consacre 30 % de son temps libre à naviguer sur le Web.

Cinquante pour cent des personnes préfèrent communiquer par voie numérique plutôt qu’en personne.

61 % admettent être dépendants de l’internet et de leurs appareils.

Soixante-sept pour cent des propriétaires de téléphones portables se surprennent à consulter leur appareil même lorsqu’il ne sonne pas ou ne vibre pas.

L’employé moyen consulte 40 sites Web par jour, change d’activité 37 fois par heure et change de tâche toutes les deux minutes. Cependant, seuls 2 % des personnes peuvent réellement effectuer plusieurs tâches sans que cela n’entraîne une baisse de leurs performances.

Trente-trois pour cent des personnes admettent se cacher de leur famille et de leurs amis pour consulter les médias sociaux.

Quatre-vingt-quinze pour cent des personnes utilisent des appareils électroniques dans l’heure qui précède le coucher. La lumière artificielle des écrans augmente la vigilance et supprime jusqu’à 22 % de l’hormone mélatonine, ce qui a un impact négatif sur le sommeil, les performances et l’humeur[1].

Le fait de se débrancher pendant une seule journée peut provoquer chez certains utilisateurs des symptômes de sevrage mental et physique.

Une enquête récente a révélé que 93 % des adolescents allemands de 16 à 17 ans possèdent un smartphone et qu’il leur est pratiquement impossible de s’en passer. Pour eux, ne pas chatter signifie ne pas vivre.2 Dans de nombreux autres pays, la réalité est très similaire. Le Web non filaire a acquis un tel statut dans nos vies qu’il a des connotations presque religieuses : “Comporte-toi bien, ce que tu fais aujourd’hui sera demain sur Facebook”. Ou encore : “Vivez comme si c’était le dernier jour de votre accès à Internet”. Le point de référence de mon comportement et de ma vie s’est déplacé de Dieu vers les nouveaux médias. Ma vie n’est pas une marche constante avec Dieu, mais est plutôt devenue une marche constante avec mon smartphone.

En france 

En France, nous passons en moyenne 5h chaque jour sur internet. C’est plus que la télévision (dont broadcast, streaming et vidéo à la demande, 3h19), et les réseaux sociaux (1h42).

La France compte 58 millions d’internautes, 39 millions d’utilisateurs actifs sur les réseaux sociaux, 82% de mobinautes.

Source : blogdumoderateur.com

Selon une étude, 63% des 12-24 ans ne peuvent pas « se passer 3 jours d’Internet sans que ça leur manque ». Cette proportion a beaucoup augmenté depuis 2011. 14% des internautes de 12 ans et plus se sentent en manque au bout de quelques heures. (Source : blogdumoderateur.com)

Une autre forme de rapidité

Il existe de nombreuses choses à désapprendre afin de développer une nouvelle appréciation des expériences de la vie réelle. Nous devons délibérément nous désengager de ce qui encombre notre vie, encombre nos relations et nous isole les uns des autres. Nous devons nous détacher de ce qui détourne toute notre attention et empoisonne notre vie spirituelle. Nous devons nous désintoxiquer numériquement.3 Nous devons nous déconnecter afin de nous reconnecter à la vie réelle et à Dieu. Plutôt que d’idolâtrer le mode de vie de notre smartphone, la meilleure chose à faire est de l’utiliser avec sagesse et en respectant les priorités.

Ici, nous pouvons apprendre de la foi de femmes et d’hommes bibliques : lorsqu’ils ont réalisé leur besoin de se reconnecter avec Dieu, ils ont changé leur attention et ont commencé à jeûner (cf. Esther 4:3 ; 2 Chr. 20:3 ; Dan. 9:3 ; Actes 13:2, 3).4 La pratique biblique du jeûne peut nous aider à développer un nouveau code éthique concernant notre utilisation des nouvelles technologies, un code qui aura un impact positif sur notre marche spirituelle future.

Le jeûne est l’abstention délibérée de quelque chose qui est effectivement à ma disposition mais qui pourrait me distraire de Dieu. Tout ce qui me tient occupé et captive mon temps, mon énergie et mon attention est mis à l’écart, ce qui permet d’écouter sans hâte et avec obéissance ce que Dieu a à dire. Par le jeûne, je réserve consciemment à Dieu un temps non perturbé qui, autrement, serait rempli de choses banales. Ma vision se détourne des routines de ma petite perspective humaine, souvent limitée, pour se tourner vers les choses de signification éternelle. En m’abstenant de ce qui me consomme et me nourrit au quotidien, je signale qu’en tant qu’être humain, je ne vis pas seulement de pain, ni de ma connexion Internet, mais de “toute parole qui sort de la bouche de Dieu” (Matt. 4:4).

En tant que tel, le jeûne ne doit pas “se limiter à la nourriture et à la boisson ; le jeûne doit vraiment inclure l’abstinence de tout ce qui est légitime en soi en vue d’un objectif spirituel particulier “5.

Essayez de renoncer à la télévision, à Internet, aux e-mails, à Facebook, à Twitter, à Instagram, à Snapchat, aux smartphones, etc. pendant un certain temps afin de récupérer un temps précieux pour vous concentrer sur Dieu et Sa Parole. C’est le besoin du moment. Aujourd’hui, avec Internet constamment disponible, nous souffrons non seulement d’une surcharge d’informations mais aussi de passer plus de temps sur les écrans que de temps personnel de qualité avec Dieu.

En nous déconnectant de la technologie qui nous a fait croire que nous ne pouvions pas vivre sans elle, nous pourrons faire une pause et retrouver une perspective saine pour les expériences de la vie réelle et pour Dieu.

En fait, nous pourrions même en vouloir plus.

Idées pour la désintoxication numérique :

1. Le matin, n’allez sur Internet qu’après avoir pris du temps avec Dieu et sa Parole, et qu’après avoir pris le temps de décider ce que vous avez à faire. De cette façon, c’est Dieu et vous qui déterminez votre agenda, et non les e-mails urgents qui arrivent.

2. Travaillez deux fois par jour pendant une heure hors connexion. Mettez votre téléphone en mode avion et coupez votre connexion Internet. Vous serez étonné de la productivité que vous obtiendrez.

3. Pourquoi ne pas réserver une demi-journée ou une journée une ou deux fois par mois pendant laquelle vous vous déconnectez délibérément afin de vous concentrer sur ce qui est important pour vous sur le plan spirituel, professionnel et personnel ?

4. Ne consultez vos e-mails que pendant les périodes restreintes de la journée. Faites en sorte que votre boîte de messagerie soit éteinte pendant le reste de la journée.

5. Dans l’heure qui précède votre coucher, éteignez votre ordinateur et votre smartphone et lisez un bon livre. Pourquoi pas la Bible ?

6. Avez-vous pensé au repos sabbatique pour votre monde numérique ? Laissez votre téléphone en mode ” avion ” (ou à la maison) et évitez délibérément de démarrer votre ordinateur.

Frank M. Hasel, Ph.D est directeur associé de l’Institut de recherche biblique au siège de la Conférence générale dans le Maryland. Bien qu’il ne soit pas présent sur Facebook, il loue Dieu pour les merveilleuses opportunités que nous offrent les nouveaux médias. Il est convaincu qu’il existe une vie réelle au-delà du monde virtuel d’Internet. Pacific Press vient de publier un nouveau livre écrit par le Dr Hasel, intitulé Longing for God : A Prayer and Bible Journal.