Morning Watch du 25 juillet 2020

“Il est plus facile que le ciel et la terre passent, qu’il ne l’est qu’un seul trait de lettre de la loi vienne à tomber.” Luc 16.17

Ni la loi morale ni même la loi cérémonielle n’ont été présentées par Paul comme certains pasteurs se hasardent à le faire aujourd’hui. Quelques-uns éprouvent une telle antipathie pour la loi divine qu’ils en arrivent à la dénoncer et à la stigmatiser. Ce faisant ils méprisent la majesté et la gloire de Dieu.

Jamais la loi morale n’a été un type ou une ombre. Elle existait avant la création de l’homme; elle subsistera aussi longtemps que le trône de Dieu. Dieu ne pouvait modifier un seul précepte de sa loi en vue de sauver l’homme, la loi étant le fondement de son gouvernement. Elle est immuable, inaltérable, infinie, éternelle. Pour que l’homme pût être sauvé et qu’en même temps l’honneur de la loi fût sauvegardé, il fallait que le Fils de Dieu s’offrît en sacrifice pour le péché. Celui qui n’a pas connu le péché a été fait péché pour nous. Il est mort pour nous au Calvaire. Sa mort montre à la fois le merveilleux amour divin dont l’homme est l’objet et l’immutabilité de sa loi.

Le Christ a déclaré dans le sermon sur la montagne: “Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu’à ce que tout soit arrivé.” Matthieu 5:17, 18.


Le Morning Watch est premier plan de lecture du département de la Jeunesse Adventiste paru pour la première fois en 1908, soit un an avant l’intégration officielle du département dans l’organigramme de l’Eglise.
Le Morning Watch mis en ligne depuis janvier 2020 est l’édition de l’année 1908.