Morning Watch du 6 septembre 2020

Lorsqu’un homme écoute la parole du royaume et ne la comprend pas, le malin vient et enlève ce qui a été semé dans son cœur : cet homme est celui qui a reçu la semence le long du chemin.. Matthieu 13 : 19.

La parabole du semeur avait pour but de faire comprendre l’influence du terrain sur la croissance de la semence. Le Christ disait virtuellement à ses auditeurs: Vous n’êtes pas qualifiés pour juger mon œuvre et vous n’avez aucune raison d’être désappointés si je ne partage pas vos idées. L’accueil que vous réservez à mon message est pour vous la chose essentielle, car votre destinée éternelle en dépend.

Jésus donna en ces termes la signification de la semence tombée au bord du chemin: “Lorsqu’un homme écoute la parole du royaume et ne la comprend pas, le malin vient et enlève ce qui a été semé dans son cœur: cet homme est celui qui a reçu la semence le long du chemin.”

La semence tombée le long du chemin représente la parole de Dieu qui parvient aux oreilles d’auditeurs distraits. Tel un chemin foulé aux pieds par les hommes et les animaux, le cœur humain devient une grande route où le monde, avec ses plaisirs et ses péchés, peut circuler aisément. Préoccupée par des ambitions égoïstes et complice de combinaisons coupables, l’âme s’est “endurcie par la séduction du péché”. Les facultés spirituelles sont paralysées. Les hommes entendent la parole de Dieu, mais ne la comprennent pas; ils ne réalisent pas qu’elle les concerne personnellement. Ils ne se rendent compte ni de leurs besoins, ni des dangers qu’ils courent; l’amour du Christ et son message de grâce les laissent indifférents.

De même que les oiseaux guettent la semence qui tombe le long du chemin et s’en emparent, de même Satan se tient prêt à enlever de l’âme la semence de la vérité divine. Il craint que la parole de Dieu ne réveille l’indifférent et ne produise son effet sur le cœur endurci. Satan et ses anges sont présents dans les assemblées où la parole est prêchée. Un combat se livre entre les anges du ciel qui s’efforcent de toucher les cœurs par le divin message et l’ennemi toujours en état d’alerte pour le rendre inefficace. Avec un zèle qui n’a d’égal que sa malice, il s’efforce d’enrayer l’œuvre de l’Esprit-Saint. Tandis que le Sauveur du monde attire les âmes à lui par son amour, Satan essaie par tous les moyens de détourner leur attention. Il place devant elles des projets mondains, les pousse à la critique, au doute et à l’incrédulité. Le langage ou les gestes du prédicateur ne sont peut-être pas du goût des auditeurs qui s’entretiennent de ses défauts. Ainsi, la vérité dont ils ont besoin et que le Seigneur leur envoie dans sa miséricorde ne produira sur eux aucune impression durable.

Satan a de nombreux collaborateurs en la personne des soi-disant chrétiens qui l’aident à arracher la semence des cœurs. Nombreux sont ceux qui, après avoir écouté la prédication de la parole de Dieu, en font un sujet de critique dans leur foyer. Ils la jugent comme s’il s’agissait d’une production littéraire ou d’un discours politique. Le message qu’ils devraient considérer comme la parole de Dieu parlant à leurs cœurs est l’objet de remarques légères et sarcastiques. Le caractère du prédicateur, ses mobiles, ses actions, l’attitude des autres croyants sont librement discutés. Un jugement sévère est prononcé, on répète des commérages et des calomnies, même devant les inconvertis, et parfois les parents n’hésitent pas à le faire en présence de leurs enfants. On détruit ainsi le respect que l’on doit avoir pour les serviteurs de Dieu et leurs messages, et plusieurs sont amenés à mépriser les saintes Ecritures elles-mêmes.

Voilà comment, dans les familles qui se disent chrétiennes, on conduit la jeunesse vers l’incrédulité. Et les parents se demandent pourquoi leurs enfants ont si peu de goût et de dispositions pour l’Evangile et doutent des vérités bibliques! Ils s’étonnent que celles-ci n’aient pas sur eux plus d’influence. Ils ne voient pas que leur propre exemple a endurci le cœur de leurs enfants. La bonne semence ne trouve pas de place où elle pourrait prendre racine et Satan se hâte de la faire disparaître des cœurs.

Cette méditation est issue du livre d’Ellen G. White “Les Paraboles de Jésus ” Pages 30 à 32.


Le Morning Watch est premier plan de lecture du département de la Jeunesse Adventiste paru pour la première fois en 1908, soit un an avant l’intégration officielle du département dans l’organigramme de l’Eglise.
Le Morning Watch mis en ligne depuis janvier 2020 est l’édition de l’année 1908.