7 novembre 2020 – L’adoration dans l’éducation.

Texte à mémoriser: « Rendez à l’Éternel gloire pour Son nom! Apportez des offrandes et venez en Sa présence, prosternez-vous devant l’Éternel avec de saints ornements » (1 Chroniques 16:29, LSG).

L’adoration fait partie de l’humanité, de la nature humaine, et même de la nature humaine déchue. Il ne fait aucun doute que nous avons été créés comme des êtres qui, de la liberté que Dieu nous a donnée, adoreraient le Seigneur parce que nous L’aimons et savons qu’Il est digne d’être adoré. Un tel culte devait être assez facile dans un monde d’avant la chute, où les humains avaient un accès direct à Dieu dans une création non marquée par le péché, la mort et la destruction, une création que nous, qui ne connaissons qu’un monde déchu, pouvons à peine imaginer.

Aujourd’hui, bien sûr, bien que le besoin inné d’adorer existe toujours en nous, il a été, comme tout ce qui existe dans ce monde, déformé par le péché, ce qui signifie entre autres choses que nous, en tant qu’êtres adorateurs, pou- vons finir par adorer les mauvaises choses, ou même finir par ne pas adorer le Seigneur de la manière dont Il est censé être adoré (voir, par exemple, Marc 7:1-13, Jérémie 7:4).

Par conséquent, parce que l’adoration est si centrale dans l’expérience chré- tienne, l’éducation chrétienne doit traiter de la question de l’adoration, le sujet de la leçon de cette semaine.

Lecture de la semaine: Daniel 3, Apo. 14:6-12, Ps. 78:1-17, Jean 4:7-26, 1 Chron. 16:1-36, Marc 7:1-13.