SdP : Les valeurs du royaume et la vie chrétienne [Dimanche 8 novembre 2020]

Rejoindre
la vidéo conférence

Méditation du jour

Dimanche 8 Novembre 2020

On trouve des adventistes dans la plupart des pays du monde. Apocalypse 14.12 nous dit pourquoi. Ce passage apocalyptique décrit deux valeurs et vérités clés qui évaluent la foi chrétienne. Il s’agit de la foi salvatrice en Jésus en tant que seul Sauveur de l’humanité, et de l’obéissance aux commandements de Dieu. Ces valeurs éternelles engendrent la paix, la joie, et le bonheur dans la vie humaine.

L’APPEL À LA LOYAUTÉ

La loyauté envers Jésus en tant que Seigneur est essentielle à la crédibilité de notre témoignage. Une vie déloyale est synonyme d’échec spirituel total.

Ellen White commente : « Si, après avoir accepté la vérité, nous ne révélons pas au monde les effets sanctifiants de la vérité sur notre propre caractère, nous renions celui qui ôte les péchés du monde, Jésus-Christ. Si nous ne devenons pas des hommes et des femmes meilleurs, si nous ne devenons pas plus bienveillants, compatissants, courtois, si nous ne devenons pas davantage remplis de tendresse et d’amour, si nous ne manifestons pas aux autres l’amour qui a poussé Jésus à accomplir sa mission de miséricorde dans le monde, alors nous ne témoignons pas ici-bas de la puissance de Jésus-Christ auprès de nos semblables*. »

UN EXEMPLE REMPLI D’AMOUR

On ne peut partager l’amour de Jésus de façon convaincante avant d’en avoir fait personnellement l’expérience. Autrement dit, on ne peut partager ce qu’on n’a pas ! Le monde foisonne de gens en quête d’amour et d’acceptation, de gens qui aspirent à la paix et au bonheur. Or, ces gens découvriront rapidement si nous sommes des imposteurs. Mais la sincérité, elle, gagnera de nombreux cœurs.

Tom est le fils de parents chrétiens. Il s’est fait baptiser à l’âge de 15 ans avec ses copains. Il se conforme à tout ce qu’on attend de lui. Mais il n’est pas vraiment converti. Plus tard, il épouse une femme chrétienne remarquable. Malgré tout, il fréquente des gens qui marchent sur le chemin spacieux menant à la destruction. Les années passent. Un jour, sa femme invite un pasteur à animer un groupe d’étude biblique chez elle. Tom n’est pas intéressé. Mais comme le pasteur est son ami, il ne s’y oppose pas.

À l’insu de tous, Tom écoute attentivement les études bibliques depuis l’autre pièce. Après quelques semaines, il se joint au groupe et s’assied discrètement près de la porte. Il est témoin des transformations chez sa femme et les autres membres du groupe. Il les voit admettre honnêtement leurs erreurs et changer des choses dans leur vie. Une telle

honnêteté le frappe ! Une nuit, il se met à pleurer de joie et de tristesse. Il témoigne : « Je n’avais pas du tout compris le message adventiste. En écoutant ces études, j’ai vu Jésus sous un nouveau jour. Dieu m’a donné une seconde chance et une nouvelle paire d’yeux. Maintenant, je vois les choses différemment. »

Ayant découvert l’amour irrésis- tible, authentique et contagieux de Dieu, Tom s’est fait rebaptiser.

UNE OBÉISSANCE GUÉRISSANTE

L’obéissance est une vérité largement calomniée et fort mal comprise. L’obéissance aux commandements de Dieu – véritable expression de notre amour pour Jésus – mène ultimement à la guérison de l’humanité et profite toujours à ceux qui s’y conforment. Jean a écrit : « Car l’amour de Dieu consiste à garder ses commandements. Et ses commandements ne sont pas pénibles » (1 Jn 5.3).

Une étudiante âgée de 18 ans commence ses cours universitaires. Au bout d’une semaine, elle découvre que l’un de ses cours se donne le vendredi soir, après le coucher du soleil. Elle décide d’aller voir son prof, et lui explique qu’en tant qu’adventiste, elle observe le sabbat du septième jour. Elle ne pourra donc assister au cours du vendredi soir. Bien que déçu, son prof refuse de modifier l’heure. Au lieu de se laisser intimider par cette difficulté, la jeune femme soumet son problème à Dieu.

Une semaine plus tard, le prof informe sa classe qu’il a changé l’heure du cours : il le donnera le vendredi matin plutôt que le vendredi soir. Que s’est-il donc passé ? se demande l’étudiante. Sans qu’elle le sache, son prof a contacté le siège de l’Église adventiste. « Est-il vrai que les adventistes observent le sabbat du septième jour du vendredi soir, au coucher du soleil, jusqu’au samedi soir, au coucher du soleil ? » a-t-il demandé. En constatant que c’était exact, il a décidé de changer l’heure du cours !

L’obéissance de la jeune femme a entraîné une double bénédiction : elle a consolidé sa foi ; elle a influencé son prof, lui a permis de découvrir la foi et le mode de vie adventistes, et l’a amené à respecter son étudiante.

CRÉER DES OCCASIONS DE BÉNÉDICTION

Pour que les valeurs et les vérités du royaume de Dieu aient le pouvoir de bénir ceux qui les connaissent et d’influencer ceux qui ne les connaissent pas, les membres d’église doivent les mettre joyeusement en pratique dans leur vie et leur comportement. La religion n’a de pouvoir convaincant que lorsqu’elle est vécue dans la vie pratique. Quand nous faisons ce qui est juste, honnête et vrai, quand nous défendons les valeurs bibliques du royaume de Dieu, nous créons des occasions pour que Dieu non seulement agisse en notre faveur, mais aussi touche la vie de nos semblables.

Considérez cette requête du psalmiste : « Ô Éternel ! qui séjournera dans ta tente ? Qui demeurera sur ta montagne sainte ? » (Ps 15.1) La réponse est claire : « Celui qui marche dans l’intégrité, qui pratique la justice et qui dit la vérité selon son cœur. Il ne calomnie point avec sa langue, il ne fait point de mal à son semblable, et il ne jette point l’opprobre sur son prochain. Il regarde avec dédain celui qui est méprisable, mais il honore ceux qui craignent l’Éternel » (v. 2-4).

Notre monde est fracturé et confus. Ceci est vrai, où que se trouvent les adventistes. Pour vivre publiquement notre foi, nous devons la préparer et la cultiver en privé. Il y a long- temps, Dieu mit Jérémie au défi de parcourir « les rues de Jérusalem » pour chercher dans les places s’il s’y trouvait un individu « qui pratique la justice et s’attache à la vérité » (Jr 5.1). Aujourd’hui, Dieu cherche encore de tels gens – des gens qui abordent honnêtement les vérités qu’ils découvrent dans la Parole écrite de Dieu, qui vivent ces vérités, qui ont foi en Jésus, et qui observent ses commandements.

Chacun d’entre nous peut répondre oui à Dieu ! Il n’y a qu’à lui dire : « Sei- gneur, je serai cette personne fidèle. Aide-moi à être ce que je dois être à titre de chrétien authentique. » Notre réponse donne à Dieu des occasions de nous bénir et de bénir ceux que nous touchons. C’est là notre bonheur en tant qu’adventistes.

Questions pour la réflexion

  1. Comment pouvons-nous vivre notre vie de manière à refléter notre foi ?
  2. Que devons-nous changer dans notre vie pour que notre témoignage soit crédible aux yeux des autres ?
  3. Seule l’action du Saint-Esprit peut vraiment rétablir notre vie. Comment pouvons-nous trouver le courage de lui permettre de le faire ? Qu’est-ce qui peut nous empêcher de répondre à son action ?

* Ellen G White, That I May Know Him, Washington, D.C., Review and Herald Pub. Assn., 1964, p. 306.

Audrey Andersson est secrétaire exécutive de la Division transeuropéenne de la Conférence générale des adventistes du septième jour.


Vidéo conférence à 18h30

<<< Pour nous rejoindre et échanger sur cette méditation, entrez dans le salon Roche Écrite.