12 novembre 2020 – L’idolâtrie dans l’éducation

L’ancien Israël était entouré de gens très religieux, des gens si dévoués à l’adoration et à l’apaisement de leurs dieux qu’ils sacrifiaient même leurs propres enfants. C’est cela le dévouement, n’est-ce pas?

Par conséquent, le culte, le vrai culte du vrai Dieu, était un élément important pour protéger les Hébreux contre l’idolâtrie et le faux culte qui les entouraient. Et pourtant, malgré tous les avertissements, ils tombaient toujours dans les pratiques idolâtres contre lesquelles ils avaient été spéci- fiquement mis en garde.

Qu’en est-il de nous aujourd’hui? Pourquoi le culte du vrai Dieu, qui décrit tout ce qu’Il a fait pour nous, serait-il aussi important, surtout face aux dangers de l’idolâtrie moderne?

Lisez Marc 7:1-13. Quel principe trouvons-nous dans les versets 7-9 qui peut s’appliquer aujourd’hui dans le contexte de l’éducation chrétienne et du danger d’un faux enseignement, pris dans le monde, qui pourrait avoir un impact négatif sur la pratique de notre foi?

Beaucoup de grandes idées intellectuelles dans le monde d’aujourd’hui sont basées sur une vision naturaliste de la réalité. De nombreuses dis- ciplines étudiées à l’école aujourd’hui le sont dans cette perspective, ce qui signifie souvent que ce qui est enseigné sera en contradiction avec l’Écriture. Nous pouvons être tentés de vénérer des idées qui ont été pos- tulées, théorisées et mises en pratique. Nous pouvons également déifier les esprits brillants des philosophes, des scientifiques et des mathématiciens qui ont proposé ces idées. Le problème est que ces idées peuvent souvent entrer en conflit avec les Écritures, mais comme elles sont actuellement enseignées et considérées comme vraies, les gens essaient de les intégrer dans l’éducation chrétienne. Cependant, la seule façon d’y parvenir est de compromettre la foi, ce qui signifie souvent de déformer les Écritures afin d’essayer de les adapter aux idées actuelles.

Quelles sont les croyances populaires actuelles qui entrent en conflit avec les Écritures, et comment pouvons-nous, en tant qu’église, nous protéger contre leur incorporation dans notre propre système éducatif?