7 décembre 2020 – Travail et éducation.

La vocation ou le travail porte sur la « volonté » de la vie. Même ceux qui ont un travail très intellectuel finissent par faire un travail physique quelconque, même s’il s’agit simplement d’appuyer sur des touches d’ordinateur.

Que nous apprennent les textes suivants sur le travail en utilisant les « mains » comme symbole?

Deut. 16:15

Eccl. 9:10

Prov. 21:25

Jer. 1.16

Dieu nous a donné « l’œuvre de nos mains » pour que nous puissions trouver la plénitude et la joie (voir Prov. 10:4, 12:14). En psychologie, « l’efficacité personnelle » décrit la croyance que chaque personne a la capacité d’accomplir quelque chose de significatif dans la vie. L’efficacité personnelle ne s’accroit pas en répétant: « Je pense que je peux! Je pense que je peux! » Seul le fait de faire quelque chose augmente l’efficacité personnelle.

Si « l’œuvre de nos mains » est une bénédiction de Dieu pour nous (voir Ps. 90:17) et nous permet de mener une vie pleine de sens, le plan ultime de Dieu est que « l’œuvre de nos mains » bénisse les autres. Paul écrit que nous devons travailler, faire quelque chose d’utile avec nos mains, afin que nous puissions avoir quelque chose à partager avec les autres. Paul a certainement vécu selon ce principe.

« Vous savez vous-mêmes que ces mains ont pourvu à mes besoins et à ceux des personnes qui étaient avec moi. Je vous ai montré de toutes manières que c’est en travaillant ainsi qu’il faut soutenir les faibles et se rappeler les paroles du Seigneur qui a dit Lui-même: il y a plus du bonheur à donner qu’à recevoir » (Actes 20:34, 35, LSG).

La simple prière de Néhémie devrait être la nôtre: « Maintenant donc, fortifie mes mains » (Neh. 6:9).

Quelle est votre attitude à l’égard de votre travail? De quelle manière pourriez-vous utiliser votre travail pour qu’il soit davantage une bénédiction pour les autres?