365 jours avec Jésus – 4 janvier : La plénitude du temps (2)

Selon MatthieuSelon MarcSelon LucSelon Jean
Mt 1.1-17Lc 3-23-38

Esprit de prophétie

Jésus-Christ, Chapitre 3

Les temps étaient accomplis. La corruption de l’humanité, accrue d’âge en âge par la transgression des lois divines, rendait nécessaire la venue du Rédempteur. Satan s’était efforcé de creuser un gouffre infranchissable entre la terre et le ciel. Ses mensonges avaient enhardi les hommes dans le péché. Il se proposait de fatiguer la patience de Dieu, d’éteindre son amour pour l’homme et de l’amener à lui abandonner la juridiction de ce monde.

Satan cherchait à priver les hommes de la connaissance de Dieu, à détourner leur attention du temple de Dieu, en vue d’établir son propre royaume. Sa lutte pour la suprématie paraissait presque couronnée de succès. Il est vrai que dans chaque génération Dieu a eu des serviteurs. Il y avait, même parmi les païens, des hommes que le Christ employait pour élever le peuple au-dessus du péché et de la dégradation. Mais ces hommes furent méprisés et haïs. Beaucoup d’entre eux moururent de mort violente. Les noires ombres accumulées sur le monde par Satan s’épaississaient de plus en plus.

Pendant des siècles Satan s’était servi du paganisme pour détourner de Dieu les hommes; mais son plus grand triomphe avait été la perversion de la foi d’Israël. En contemplant et en adorant leurs propres conceptions, les païens avaient perdu la connaissance de Dieu et s’étaient corrompus. Il en était de même en Israël. L’idée d’après laquelle un homme peut se sauver par ses œuvres se trouvait à la base de toutes les religions païennes; cette idée, dont Satan est l’auteur, s’était maintenant introduite dans la religion juive. Partout où elle s’établit, elle renverse les digues qui s’opposent à l’envahissement du péché.

Le message du salut est communiqué aux hommes par des instruments humains. Mais les Juifs avaient tenté de monopoliser à leur profit la vérité qui assure la vie éternelle. Ils avaient amassé et mis en réserve la manne vivante, qui s’était corrompue. La religion dont ils avaient voulu s’accaparer était devenue malfaisante. Ils dérobèrent à Dieu sa gloire et frustrèrent le monde en lui offrant une contrefaçon de l’Evangile. Ayant refusé de se livrer à Dieu pour sauver le monde, ils devinrent des instruments de Satan pour le détruire.

Le peuple dont Dieu voulait faire la colonne et l’appui de la vérité avait fini par représenter Satan. Se conformant au désir de celui-ci, par sa conduite il présentait le caractère de Dieu sous un faux jour, et donnait l’impression que Dieu est un tyran. Les prêtres eux-mêmes, qui officiaient dans le temple, avaient perdu de vue la signification du service qu’ils accomplissaient. Ils avaient cessé de voir, au-delà du symbole, l’objet signifié. En offrant les sacrifices ils jouaient la comédie. Les ordonnances établies par Dieu furent transformées en moyens d’aveugler les esprits et d’endurcir les cœurs. Dieu ne pouvait plus agir en faveur des hommes par leur intermédiaire. Tout cela devait être balayé.

Pour poursuivre l’étude lire le chapitre 3 (suite) du livre Jésus-Christ d’Ellen G. White :


365 jours avec Jésus est une compilation de Merle Poirier, gestionnaire des opérations de AdventistWorld.