365 jours avec Jésus – 21 janvier : Tentation et Victoire (2)

Selon MatthieuSelon MarcSelon LucSelon Jean
Mt 4.1-11Mc 1.12-13Lc 4.1-13

Matthieu 4.5-7

5 Le diable le transporta dans la ville sainte, le plaça sur le haut du temple,
6 et lui dit : Si tu es Fils de Dieu, jette-toi en bas ; car il est écrit : Il donnera des ordres à ses anges à ton sujet ; Et ils te porteront sur les mains, De peur que ton pied ne heurte contre une pierre
7 Jésus lui dit : Il est aussi écrit : Tu ne tenteras point le Seigneur, ton Dieu.

Esprit de prophétie

Jésus-Christ, Chapitre 13 (pp 107.1-108.3)

“Le diable le transporta dans la ville sainte, le plaça sur la terrasse du temple et lui dit: Si tu es Fils de Dieu, jette-toi en bas; car il est écrit: Il donnera pour toi des ordres à ses anges; et ils te porteront sur les mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre.”

Satan croit se placer maintenant sur le terrain de Jésus. L’ennemi, plein de ruse, propose à son tour des paroles émanant de la bouche de Dieu. Il continue à se montrer comme un ange de lumière et donne des preuves de sa connaissance des Ecritures et de l’intelligence qu’il en a. Jésus s’est servi de la Parole de Dieu pour soutenir sa foi, le tentateur s’en sert pour couvrir ses séductions. Il feint d’avoir voulu mettre à l’épreuve la fidélité de Jésus et loue sa fermeté. Puisque le Sauveur a manifesté sa confiance en Dieu, Satan veut un nouveau témoignage de sa foi.

Jésus déclara à Satan: “D’autre part il est écrit: Tu ne tenteras pas le Seigneur ton Dieu.” Moïse avait adressé ces paroles aux enfants d’Israël quand, altérés, au désert, ils avaient réclamé de l’eau, en s’écriant: “L’Eternel est-il au milieu de nous, ou n’y est-il pas?”Exode 17:7. Dieu avait opéré en leur faveur des choses merveilleuses; mais dans leur détresse ils doutèrent de lui, et voulurent une preuve qu’il était avec eux. Dans leur incrédulité ils voulurent le mettre à l’épreuve. Satan conseillait au Christ de faire la même chose. Dieu avait déjà attesté que Jésus était son Fils; exiger une nouvelle preuve de sa filialité divine, c’eût été mettre la parole de Dieu à l’épreuve, tenter Dieu. Ce serait la même chose si l’on demandait ce que Dieu n’a pas promis. Ce serait manifester de la méfiance. Nous ne devrions pas présenter à Dieu nos requêtes afin de le mettre à l’épreuve, pour voir s’il accomplira sa parole, mais parce que nous avons la certitude qu’il l’accomplira; non pas pour avoir la preuve qu’il nous aime, mais parce que nous l’avons déjà. “Sans la foi, il est impossible de lui plaire; celui qui s’approche de Dieu doit croire qu’il existe et qu’il se fait le rémunérateur de ceux qui le cherchent.”Hébreux 11:6

Pour poursuivre l’étude lire le chapitre 13 (pp 107.1-110.1) du livre Jésus-Christ d’Ellen G. White :


365 jours avec Jésus est une compilation de Merle Poirier, gestionnaire des opérations de AdventistWorld.