1er décembre 2020 – Les experts dans l’erreur.

Les experts dans l’erreur

Nous savons que notre monde a plus que sa part d’art et de philosophie qui n’honore pas Dieu. Nombreux sont ceux qui soutiennent que les chrétiens ne devraient même pas entrer dans ces tentes proverbiales. Les chrétiens Adventistes du Septième Jour doivent considérer avec soin leurs propres affaires en servant certaines industries, en fréquentant certains établissements, en usant de certains médias.

Dans 1 Timothée 6, Dieu nous donne des instructions claires sur les activités que nous devons éviter, suivies de nombreuses explications. Dans les versets 9 et 10, quelles sont les activités contre lesquelles Paul nous met en garde ?

Lisez le reste de 1 Timothée 6. Quelles sont les principales activités que Paul approuve ?

Remarquez dans 1 Timothée 6:20 comment Paul met en garde contre « la fausse science » (LSG). Bien que ce soit dans un contexte différent, le principe est toujours applicable. C’est-à-dire qu’il faut penser à toutes les informations, à tous les enseignements, à toutes les croyances, non seulement maintenant mais aussi tout au long de l’histoire de l’humanité, qui étaient carrément erronées. Pendant près de 2000 ans, les personnes les plus intelligentes du monde, les experts, ont cru que la terre était immobile au centre de l’univers alors que toutes les étoiles et les planètes tournaient autour d’elle en cercles parfaits. Des mathématiques et des sciences très compliquées ont été utilisées pour étayer cette croyance, même si elle s’est avérée erronée dans presque tous les cas. On peut donc dire que ces gens étaient des experts dans l’erreur, et que cet enseignement était certainement « de la fausse science. »

La science biologique actuelle, par exemple, repose sur l’hypothèse que la vie a commencé il y a des milliards d’années, par hasard, sans Dieu et sans but défini. Dans le même temps, une quantité incroyable de littérature scientifique compliquée et détaillée a vu le jour sur la base de cet enseignement. Quelles leçons pouvons-nous en tirer sur la façon dont les gens peuvent être des experts dans l’erreur? Comment cette prise de conscience devrait-elle avoir un impact sur l’éducation chrétienne en général et sur l’enseignement des sciences en particulier?