365 jours avec Jésus – 10 janvier : La consécration

Selon MatthieuSelon MarcSelon LucSelon Jean
Lc 2.21-38

Esprit de prophétie

Jésus-Christ, Chapitre 5

Environ quarante jours après sa naissance, le Christ fut apporté à Jérusalem par Joseph et Marie, qui devaient, en offrant un sacrifice, le présenter au Seigneur. Ceci était exigé par la loi juive, et le Christ, en tant que remplaçant de l’homme, devait se conformer à la loi dans ses moindres détails. Déjà, il avait été soumis au rite de la circoncision, comme gage de son obéissance à la loi.

Celle-ci exigeait que la mère offrît un agneau d’un an en holocauste, et un jeune pigeon ou une tourterelle en sacrifice pour le péché. Mais elle permettait aux parents trop pauvres pour apporter un agneau, de n’offrir qu’une paire de tourterelles ou deux pigeonneaux, l’un en holocauste, l’autre en sacrifice pour le péché.

Les animaux offerts au Seigneur devaient être sans défaut. Ils représentaient le Christ, et l’on voit par là que Jésus lui-même était exempt de difformité physique. Il était l’Agneau “sans défaut et sans tache”.1 Pierre 1:19. Au physique il était sans défaut; son corps était robuste et sain. Pendant toute sa vie il se conforma aux lois de la nature. Au point de vue physique comme au point de vue spirituel il fut un exemple de ce que Dieu voulait que toute l’humanité atteigne en obéissant aux lois divines.

La coutume de consacrer les premiers-nés remontait à une haute antiquité. Dieu avait promis de donner le premier-né du ciel pour sauver le pécheur. Chaque famille devait reconnaître ce don par la consécration du premier-né, voué au sacerdoce, en qualité de représentant du Christ parmi les hommes.

L’ordre de consacrer les premiers-nés fut renouvelé lors de la délivrance d’Israël, hors d’Egypte. Alors que les enfants d’Israël étaient encore asservis par les Egyptiens, le Seigneur envoya Moïse auprès de Pharaon, roi d’Egypte, pour lui dire: “Ainsi parle l’Eternel: Israël est mon fils, mon premier-né. Je t’avais dit: Laisse partir mon fils, afin qu’il soit à mon service; et tu as refusé de le laisser partir. Eh bien, je vais faire mourir ton fils premier-né!”Exode 4:22, 23

Moïse communiqua son message; mais l’orgueilleux roi répondit: “Qui est l’Eternel, pour que j’obéisse à sa voix, en laissant partir Israël? Je ne connais pas l’Eternel et je ne laisserai point partir Israël.”2Exode 5:2. Le Seigneur opéra des signes et des prodiges en faveur de son peuple, et frappa Pharaon de terribles châtiments. A la fin, l’ange destructeur fut chargé d’exterminer les premiers-nés parmi les hommes et parmi le bétail des Egyptiens. Les Israélites, pour être épargnés, devaient asperger, avec le sang d’un agneau immolé, les poteaux de leurs portes. Chaque maison recevait ainsi une marque, pour que l’ange, accomplissant sa mission de mort, pût passer par-dessus les demeures des Israélites.

Pour poursuivre l’étude lire le chapitre 5 du livre Jésus-Christ d’Ellen G. White :


365 jours avec Jésus est une compilation de Merle Poirier, gestionnaire des opérations de AdventistWorld.