365 jours avec Jésus – 14 janvier : L’enfance de Jésus (1)

Selon MatthieuSelon MarcSelon LucSelon Jean
Lc 2.39-40

Esprit de prophétie

Jésus-Christ, Chapitre 7 (pp 53,54)

Ce n’est pas dans les écoles de la synagogue que Jésus reçut son instruction. Sa mère fut son premier maître terrestre. De ses lèvres et des rouleaux des prophètes, il recueillit la connaissance des choses divines. Sur ses genoux il apprit les paroles mêmes qu’il avait données autrefois à Israël, par l’intermédiaire de Moïse. Plus tard, il ne fréquenta pas davantage les écoles des rabbins. L’instruction qu’il eût pu puiser à cette source ne lui était pas nécessaire, Dieu lui-même étant son instructeur.

De l’étonnement éprouvé par les Juifs au cours du ministère du Sauveur et exprimé en ces mots: “Comment connaît-il les Ecrits, lui qui n’a pas étudié?”Jean 7:15. il ne faut pas conclure que Jésus ne savait pas lire, mais seulement qu’il n’avait pas reçu une instruction rabbinique. Il acquit sa connaissance ainsi que nous pouvons le faire nous-mêmes; sa grande familiarité avec les Ecritures montre comment il s’est appliqué, dans ses premières années, à l’étude de la Parole de Dieu. La vaste bibliothèque des œuvres divines était aussi à sa disposition. Lui qui avait fait toutes choses, il étudiait maintenant les leçons gravées de sa propre main sur la terre, la mer et le ciel. A l’écart des souillures du monde, il tirait de la nature des trésors de connaissances scientifiques. Dès son jeune âge il fut animé d’un désir unique: celui de vivre pour faire du bien. A cet effet, la nature lui offrait ses ressources; de nouvelles idées concernant les méthodes à suivre affluaient à son esprit tandis qu’il étudiait à cet effet la vie des plantes, des animaux et celle de l’homme. Il s’efforçait continuellement de tirer des choses observées des illustrations pouvant lui servir à rendre plus clairs les oracles vivants de Dieu. Les paraboles par lesquelles il aimait, pendant son ministère, à enseigner les leçons de la vérité, montrent à quel point son esprit fut ouvert aux influences de la nature, et combien de leçons spirituelles il sut tirer de son entourage quotidien.

La signification de la Parole et des œuvres de Dieu se dévoilait à Jésus, pendant qu’il s’efforçait de découvrir la raison des choses. Des êtres célestes l’assistaient, et son esprit était tout rempli de saintes pensées. Dès le premier éveil de son intelligence, il ne cessa de croître en grâce spirituelle et en connaissance de la vérité.

Tout enfant peut s’instruire comme Jésus l’a fait. Si nous nous efforçons d’apprendre à connaître notre Père céleste, au moyen de sa Parole, des anges s’approcheront de nous, pour fortifier nos esprits, pour ennoblir et élever nos caractères. Nous deviendrons semblables au Sauveur. La contemplation de tout ce qui est beau et grand dans la nature dirige nos affections vers Dieu. Une crainte salutaire envahit l’esprit, et l’âme reçoit une vigueur nouvelle, par le contact avec les œuvres de l’Infini. La communion avec Dieu, par la prière, développe les facultés mentales et morales, et les énergies spirituelles sont accrues par la méditation des choses spirituelles.

Pour poursuivre l’étude lire le chapitre 7 du livre Jésus-Christ d’Ellen G. White :


365 jours avec Jésus est une compilation de Merle Poirier, gestionnaire des opérations de AdventistWorld.