365 jours avec Jésus – 10 février : À Capernaüm (2)

Selon MatthieuSelon MarcSelon LucSelon Jean
Mt 8.1-4Mc 1.40-45Lc 5.12-16

Esprit de prophétie

Jésus-Christ, Chapitre 26 (pp 236.2-237.1)

Quand on entendait le Sauveur, “on était frappé de son enseignement; car il parlait avec autorité”. “Il les enseignait comme quelqu’un qui a autorité, et non pas comme leurs scribes.”Luc 4:32; Matthieu 7:29. L’enseignement des scribes et des anciens était froid, formaliste, comme une leçon répétée machinalement. Chez eux la Parole de Dieu était dépourvue de puissance vitale. Ils lui substituaient leurs propres idées, leurs traditions. Aucune inspiration divine ne venait remuer leurs cœurs ou ceux de leurs auditeurs pendant qu’ils expliquaient la loi au cours de leurs services habituels.

Jésus ne s’occupait nullement des sujets discutés par les Juifs. Son rôle se bornait à présenter la vérité. Ses paroles répandaient un flot de lumière sur les enseignements des patriarches et des prophètes, et les Ecritures prenaient l’allure d’une révélation toute nouvelle. Ses auditeurs n’avaient encore jamais aperçu, auparavant, la signification profonde de la Parole de Dieu.

Jésus se plaçait au niveau de ses auditeurs et montrait que leurs problèmes lui étaient familiers. Il faisait ressortir la beauté de la vérité en la présentant de la manière la plus directe et la plus simple. Son langage était pur, distingué, clair comme le cristal. Sa voix faisait l’effet d’une douce musique sur ceux qui étaient habitués à la voix monotone des rabbins. Malgré la simplicité de son enseignement, il parlait comme ayant autorité, ce qui établissait un contraste avec l’enseignement donné par d’autres docteurs. Les rabbins s’exprimaient avec des doutes et de l’hésitation, comme si les Ecritures étaient susceptibles d’interprétations opposées. Leurs auditeurs étaient dans une incertitude croissante. Mais Jésus enseignait les Ecritures en leur attribuant une autorité indiscutable. Quel que fût le sujet, il le présentait avec puissance, et ses arguments étaient irréfutables.

Il était plus fervent que véhément. Il parlait comme ayant une tâche bien définie à remplir. Il mettait en lumière les réalités du monde éternel. Dieu se trouvait révélé dans chaque thème. Jésus s’efforçait de rompre le charme qui retenait les hommes absorbés par les choses de la terre. Il montrait les choses de la vie dans leurs vrais rapports, les subordonnant aux intérêts éternels, sans toutefois en méconnaître l’importance. Il montrait comment le ciel et la terre sont reliés l’un à l’autre, comment la connaissance de la vérité divine prépare les hommes à mieux accomplir leurs devoirs quotidiens. Il parlait comme quelqu’un à qui le ciel était familier, conscient de ses rapports avec Dieu ainsi que de son unité avec chaque membre de la famille humaine.

Pour poursuivre l’étude lire le chapitre 26 du livre Jésus-Christ d’Ellen G. White :


365 jours avec Jésus est une compilation de Merle Poirier, gestionnaire des opérations de AdventistWorld.