365 jours avec Jésus – 1er mars : Le sermon sur la montagne (5)

Selon MatthieuSelon MarcSelon LucSelon Jean
Mt 5.17-37Lc 6.20-26

Esprit de prophétie

Jésus-Christ, Chapitre 31 (pp 295.1-295.3)

“C’est vous qui êtes la lumière du monde.” Les Juifs s’attribuaient le monopole du salut; le Christ leur montra que le salut est comme la lumière du soleil: il appartient à tout le monde. La religion de la Bible ne se laisse pas enfermer entre les couvertures d’un livre ou les murs d’un temple. On ne doit pas s’en servir occasionnellement, à son profit, et la délaisser ensuite. Elle doit sanctifier la vie quotidienne, se manifester dans toutes les affaires et dans toutes les relations sociales.

Le caractère n’est pas un manteau dont on peut se revêtir; c’est quelque chose qui rayonne de l’intérieur. Si nous voulons conduire d’autres âmes dans la voie de la justice, il faut que le principe de la justice soit enchâssé dans nos cœurs. On peut, par une simple profession de foi, proclamer la théorie de la religion, mais il faut une piété pratique pour placer la parole de vérité devant les yeux. Une vie conséquente, une conversation sainte, une intégrité inébranlable, un esprit actif, bienfaisant, un exemple de piété, voilà les moyens par lesquels la lumière est apportée au monde.

Jésus ne s’est pas arrêté sur les particularités de la loi, mais il n’a pas permis à ses auditeurs de penser qu’il était venu pour en mettre de côté les exigences. Il savait que des espions se tenaient prêts à saisir tout propos susceptible d’être mis au service de leur dessein. Il connaissait le préjugé existant dans l’esprit de beaucoup de ses auditeurs; aussi ne dit-il rien qui pût ébranler leur foi en la religion et les institutions transmises par Moïse. Le Christ avait lui-même donné à la fois la loi morale et la loi cérémonielle. Il se gardait bien de détruire la confiance avec laquelle on recevait les instructions données par lui-même. C’est le respect qu’il avait pour la loi et les prophètes qui l’avait amené à renverser la barrière des exigences traditionnelles qui enfermait les Juifs. Tout en rejetant les fausses interprétations qu’ils donnaient à la loi, il recommandait à ses disciples de ne pas abandonner les vérités vitales confiées aux Hébreux.

Pour poursuivre l’étude lire le chapitre 31 du livre Jésus-Christ d’Ellen G. White :


365 jours avec Jésus est une compilation de Merle Poirier, gestionnaire des opérations de AdventistWorld.