Le miracle de la Manne des temps modernes

Par Debi Tesser 

“Tu leur donnas ton bon esprit pour les rendre sages, tu ne refusas point ta manne à leur bouche, et tu leur fournis de l’eau pour leur soif. Pendant quarante ans, tu pourvus à leur entretien dans le désert, et ils manquèrent de rien, leurs vêtements ne s’usèrent pas.” Néhémie 9:20, 21

Les enfants d’Israël ont fui l’Égypte juste après que la dixième plaie se soit abattue sur le pays. Ils avaient vidé un agneau de son sang et en avaient recouvert les montants des portes et les linteaux de leurs maisons. Ils ont préparé un dernier repas avec cet agneau avant que toute la nation ne se mette en route vers un pays qu’elle n’avait jamais vu.

Ces gens, même s’ils avaient été délivrés d’une vie difficile de tyrannie et d’esclavage, vivaient toujours dans la peur de l’inconnu. Où allons-nous ? Un pays où coulent le lait et le miel ? Qu’est-ce que c’est ? Où est-il ? Qu’allons-nous manger ? Comment allons-nous cuisiner ? Et mes sandales ? Devrai-je marcher pieds nus ? Et mes enfants ? Que vais-je faire d’eux ? Ils sont trop petits pour cette marche. Et les animaux ? Où trouverons-nous de l’eau ? Un million de questions ont dû traverser leur esprit. La confiance totale en Dieu n’était pas encore entrée dans leur esprit, même s’ils venaient d’être délivrés des Égyptiens.

La première référence biblique à la manne, qui signifie “qu’est-ce que c’est”, se trouve dans l’Exode 16. Souvent, lorsque les gens traversent une période difficile, ils pensent d’abord au besoin de nourriture. Ces nomades du désert ne faisaient pas exception. Ils voulaient de la nourriture charnelle, mais ils ont miraculeusement reçu la manne, accompagnée d’instructions explicites. La manne devait être leur “nourriture de réconfort”. Pendant quarante ans, ils ont mangé la manne. Six jours par semaine, ils récoltaient leur nourriture pour la journée avant que la rosée ne s’évapore. Le sixième jour de la semaine, ils récoltaient deux fois plus afin de pouvoir se reposer de leurs travaux le jour du sabbat, le septième jour de la semaine. Sans faute, Dieu a toujours pourvu.

Au cours de l’été 2006, Dieu a placé un appel sur mon cœur. Ma mère et moi étions sur le chemin du retour d’un voyage d’un mois entre le Michigan et le Montana où j’avais suivi une formation pédagogique. Nous avons passé notre dernier sabbat dans une ville touristique du Wisconsin.

Nous sommes arrivés à l’église un peu tôt, et il était évident qu’ils se préparaient à un déjeuner après le service religieux. Nous étions manifestement des visiteurs, mais étrangement, personne ne nous a invités à rester pour le déjeuner. Les gens étaient vraiment inamicaux.

Je suis retourné à ma résidence du Maine le week-end de la Fête du travail, même si je n’avais pas de travail. J’avais enseigné l’éducation pour les adultes pendant deux ans, mais l’emploi s’était évaporé. Malgré cela, Dieu a placé un fardeau sur mon cœur. La Nouvelle-Angleterre allait bientôt connaître la saison du ramassage des feuilles, sans doute le plus beau moment de l’année. Grâce à mon expérience dans le Wisconsin, Dieu m’a incité à offrir l’hospitalité le week-end (lorsqu’il n’y avait pas de repas à l’église) aux personnes qui voyageaient pour voir les couleurs de l’automne.

Sans travail, je ne pouvais pas proposer grand chose : une soupe, du pain et un petit dessert. Quelque chose de très simple. Chaque semaine, j’ai demandé à quelques membres de l’église de discuter avec les visiteurs pendant que je mettais la nourriture sur la table. Bientôt, d’autres membres de l’église demandaient : “Que puis-je apporter ?”

Les repas ont commencé à prendre de l’ampleur.

Un sabbat, une famille de neuf personnes est venue du Montana. Nous avions beaucoup de soupe et de pain, mais je n’avais préparé qu’une seule tarte au potiron. J’ai coupé cette tarte en 17 morceaux pour que nous puissions tous y goûter.

Sans revenu, il m’arrivait de ne même pas avoir un dollar pour acheter de la nourriture pour préparer la soupe. Mais Dieu a pourvu. Il savait avant de m’appeler que je serais à court d’argent et que la préparation de la nourriture ne serait pas une option. Il s’est occupé de tout.

Un week-end, l’église a organisé un dîner spaghetti pour collecter des fonds pour permettre à un couple de l’église de partir en voyage missionnaire en Inde. Le sabbat suivant était un de ces jours où je n’avais rien, sauf un appel téléphonique : “Veuillez utiliser les restes de spaghetti et de pain à l’ail pour votre repas du sabbat.”

Les couleurs de l’automne ont fait place à l’hiver et le Maine a été particulièrement enneigé cette année-là, mais nous avons quand même eu des visiteurs. Même si les invités étrangers ne se présentaient pas le jour du sabbat, nous nous réunissions autour d’un repas après le service religieux.

Noël et le Nouvel An sont passés. À cette époque, j’avais un petit emploi à temps partiel qui me permettait de subvenir à mes besoins, mais l’argent était encore très rare.

Début janvier 2007, j’ai reçu un cadeau de Noël d’une religieuse avec laquelle j’avais enseigné l’éducation des adultes. Sœur Theresa était une personne tellement gentille et aimante. Elle s’est excusée à profusion pour la lenteur de son envoi. Elle était loin de se douter qu’elle était une servante travaillant au temps de Dieu. Dans sa carte de Noël se trouvaient deux cartes-cadeaux de 25 $ pour des épiceries locales. Dieu a de nouveau pourvu au repas du sabbat.

Mon dernier sabbat de communion avec cette congrégation a été le sabbat du 3 mars 2007. J’avais accepté une offre d’emploi dans le Michigan. L’un des membres de l’église m’a demandé : “Alors, qui va se charger d’organiser ces repas ?”. J’ai répondu : “C’est à vous de terminer ce que Dieu a commencé ici.”

Même lorsque vous pensez que vous n’avez rien, allez-vous répondre à l’appel de Dieu dans votre cœur ? Il vous demande peut-être de faire partie d’un miracle.

Debi Tesser est retournée à ses racines natales dans le Michigan en 2007, où elle travaille pour Remnant Publications. Debi a lancé les prémices d’un site de blog : Expect Large Things. Passionnée par la nature, en particulier les oiseaux, elle passe son temps à photographier les preuves de son œuvre. Ce témoignage est partagé avec l’autorisation de Time to Get Ready Ministries.

Sujets de prière de l’Église mondiale

9 – 15 septembre 2022

  • Priez pour les missionnaires de notre mission mondiale qui travaillent dans des endroits difficiles à atteindre dans le monde. Si vous connaissez personnellement un missionnaire, priez pour lui.
  • Priez pour les travailleurs de l’ADRA qui tendent la main à ceux dont la vie a été bouleversée par les tremblements de terre, les incendies et les récentes inondations.
  • Priez pour ceux qui luttent contre le COVID ou toute autre crise sanitaire grave en ce moment.
  • Priez pour les Thaïlandais. L’hépatite et la malaria sont de graves problèmes de santé en Thaïlande. Sur les 22 600 000 habitants de ce pays, seuls 0,3 % sont chrétiens. Priez pour que les institutions missionnaires et les équipes médicales reflètent l’amour du Christ dans leur travail auprès des Thaïlandais.
  • Continuez à prier pour l’unité spirituelle entre les croyants de notre église mondiale. Avec l’agitation politique croissante dans le monde et le gouffre grandissant des opinions divergentes, nous avons désespérément besoin de la sagesse céleste et du discernement spirituel.